La télémédecine, une plus-value pour notre profession ?

Depuis quelques années est apparue la télémédecine afin d’améliorer la prise en charge des patients via l’envoi de données numériques vers le SAMU centre 15, afin d’avoir toutes les informations pour prendre la meilleure décision. Quand on nous dit que les ambulanciers sont les yeux et les oreilles du médecin régulateur, cela prend tout son sens avec les différents dispositifs mis sur le marché.

Télémédecine : Les lunettes connectées

Premier outil de la télémédecine nous avons d’abord, les lunettes connectées, outil développé par une société basée sur Rennes. Assistance Ambulance fut l’entreprise qui utilisa ce matériel en premier sur l’hexagone. Il en ressort des côté positifs et négatifs dans une utilisation en mode pré hospitalier.

telemedecine-google-glass

Tout d’abord les côtés négatifs : système onéreux pour une entreprise qui n’est pas trop investie dans l’UPH de son département, un système au début très encombrant et lourd mais qui a su évoluer pour devenir un outil léger, ergonomique et efficace. Un système qui doit être « adopté » par le SAMU du département, ce qui un des plus gros point négatif car il faut prouver son efficacité et sa plus-valu dans un système organisationnel plutôt très fermé.

Les côtés positifs de cet outil, sont bien évidement la transmission en temps réel d’images et du son d’une intervention délicate, car oui cet outil ne s’utilise pas non plus sur l’ensemble des appels 15, aucun intérêt ! Par contre sur des accouchements, des brûlures, des plaies, des suspicions de fractures ou de luxation, de la violence, des éruptions cutanées, des suspicions d’AVC avec des conférences en direct avec le neuro de garde….Voilà à peu près les interventions qui peuvent avoir l’utilité des lunettes connectées. C’est devenu aussi un système de télémédecine léger, où les mains de l’ambulancier restent libres avec une très bonne qualité d’image, sur un réseau totalement protégé, bien évidement.

Ce système n’est pas destiné à remplacer l’ambulancier ou à le robotiser bien au contraire. C’est une valeur ajoutée pour une prise en charge optimale de pathologies bien particulières. L’ambulancier doit assurer son rôle avant d’utiliser les lunettes qui elles, serviront à transmettre un bilan imagé. Cette donnée est importante. Les appels 15 sont un travail d’équipe, entre les ARM, le régulateur de l’entreprise, les équipages d’ambulanciers et les médecins régulateurs afin d’organiser la prise en charge la plus adaptée à la pathologie du patient en ayant des données fiable et concrètes.

Il faut avouer qu’il y a un côté impressionnant de voir l’ambulancier équipé de tel sorte, mais en expliquant comme il se doit à l’entourage et au patient, cela restera anecdotique. 

Une application intéressante qui a été trouvé lors de certains tests, c’est lors des plans NOVI. Il est vrai que dans le 44, où Assistance Ambulance exerce, les ambulanciers privés participent au plan NOVI. Il était naturel de proposer les lunettes aux équipes médicales afin d’apporter une aide supplémentaire. Les retours ont été positifs, dans le sens où la salle de crise avait l’ambiance sonore et l’ambiance imagée des équipes de terrain,. Cela est important dans ce genre d’exercice. 

TÉLÉMÉDECINE : La tablette Nomadeec

Le second outil de la télémédecine qu’on peut voir dans le milieu, c’est la fameuse tablette Nomadeec. Vous avez sûrement dû en entendre parler. On va quand même faire le tour en y abordant le positif et bien évidement le négatif. Tout d’abord, on va décrire le système dans sa globalité. La tablette Nomadeec est un ensemble d’appareils de télémédecine, nous avons la tablette en elle-même avec son programme, les appareils de mesures en Bluetooth (Tensiomètre et saturomètre) et la ceinture thoracique effectuant les ECG, elle aussi en Bluetooth.

télémedecine-nomadeec-tablette-connectée

Les côtés positifs, c’est un système qui a quelques années mais il reste efficace et simple d’utilisation. Surtout il fait son effet avec sa ceinture ECG, le saint Graal réservé à une élite. Mais grâce à ce système, pas d’erreurs possibles puisqu’il s’agit d’une ceinture qui s’applique sur le thorax dénudé du patient, et pour les patientes ce la n’entraîne aucune nécessité de retirer le soutien gorge.

Une fois l’enregistrement effectué, les paramètres vitaux enregistrés, il suffit de cocher des « cases » via des items et des catégories. C’est très simple et très clair, difficile de se tromper. Il y a aussi des possibilité de prendre des photos, ce qui permet encore une fois une transmission des données, des situations, des ordonnances, des bilan sanguin, des plaies, des brûlures, des luxations, des fractures….

Bref un panaché de données imagées de très bonne qualité. On a aussi un gain de temps dans la transmission des données, car l’ARM fait juste un copier/coller de notre bilan et nous passe le médecin, et une réalité de ce qu’on veut transmettre au médecin. Puisque l’ensemble des données qui ont été retranscrites  sur la tablette sont transmises à la virgule près, donc plutôt intéressant. Nous avons aussi des données totalement protégées et surtout enregistrées, ce qui permet aussi d’avoir une traçabilité en ayant moins de papier, pour l’ambulancier écologiste ce n’est pas négligeable.

Un autre aspect positif est la connectivité possible au multiparamétrique du véhicule, ce qui permet encore un gain de temps non négligeable et une traçabilité lors du transport. D’autres systèmes de tablettes comme Nfsave ou UrgSAP font leur apparition et commencent à équiper des départements entier, que ce soit pour les SDIS ou pour les ambulanciers. Pour conclure les points positifs, c’est une autre façon de travailler mais surtout c’est mon point de vue à moi. Chacun aura des choses à mettre en positif ou en négatif.

Les points négatifs sont un temps d’adaptation, car la prise en main sur intervention reste non naturelle. On reste en effet bloqué sur l’écran à remplir, les cases et on en oublie un peu notre patient. Du coup il faut se réhabituer à un travail différent. Certains bugs qui arrivent de temps en temps. Les fautes d’orthographes, pas évident sur intervention d’être vigilant sur certaines fautes. Les systèmes de prise de constantes que je trouve assez léger et pas forcément fiable, d’où l’intérêt d’avoir l’option de connectivité à nos multiparamétriques.

Comme vous pouvez le voir, pas beaucoup de points négatifs dans ma vision du système. Par rapport à la télé médecine, on peut voir des systèmes fleurir dans certains départements, mais on peut douter de l’intérêt réel pour le patient. Certains sont plus intéressés d’aller chercher les budgets alloués à la télémédecine que d’assurer la place des Ambulanciers Privés dans ce domaine. D’ailleurs un bilan des 3 ans de pratique des ambulanciers privés sur l’usage de la télé médecine est sortie le 27/08/2019. Un millier d’actes réalisés par mois en France dont 86% par les ambulanciers privés. Nous avons une place à jouer dans la télémédecine.

L’unité mobile de téléconsultation

La télémédecine c’est aussi une approche différente de la médecine générale. On peut voir aussi l’arrivée de l’unité mobile de consultation, créée par Kéolis Santé afin de permettre aux personnes isolées, en situation de handicap ou à mobilité réduite d’avoir accès aux soins depuis leur domicile, EHPAD ou centre d’accueil. Précision : on ne peut la croiser que sur les routes de Vendée pour l’instant, à voir dans l’avenir si ce système pourra se développer sur l’ensemble du territoire français. Pour en savoir plus sur cette unité : https://www.jussieu-secours.fr/reseau-national/actualites/35-unite-mobile-de-teleconsultation.html 

Des outils aident l’ambulancier dans ses tâches quotidiennes

Je fais juste une parenthèse sur des applications ou des systèmes embarqués qui viennent aider, épauler et archiver les tâches quotidiennes des ambulanciers.

VESUV

Vesuv est une application installée sur smartphone ou tablette qui permet d’avoir une multitude de tâche en une seule application. On peut digitaliser les procédures interne de l’entreprise, comme le check quotidien, les désinfections… On peut aussi scanner et archiver les notes opérationnelles sur cette application, ce qui permet de les avoir à portée de doigt. On peut notifier des incidents mécaniques, de carrosserie ou du matériel embarqué en y apportant des photos.

On peut y installer un rappel des taches de maintenance mécanique ou de péremption des consommables ou des kits. Vous l’avez compris c’est une application multi-tâches qui permet d’avoir une traçabilité numérique non négligeable. Ce système n’est pas figé mais s’adapte à votre entreprise, votre quotidien, vos procédures et autres protocoles.

ACETECH

C’est un système plus centré sur le véhicule en lui-même avec une aide à la conduite pour l’ambulancier. C’est un système un peu à la carte, car ACETECH propose plusieurs solution et plusieurs modules (cf photo).

Nous pouvons avoir :

  • La vision 360° qui se déclenche lors de la mise ne marche des clignotants ou de la marche arrière
  • Le RUN lock qui permet d’avoir une ambulance moteur tournant sans les clefs sur le contact et surtout portes fermées à clef.
  • Un système de puces RFID qui sont installées sur divers matériels de l’ambulance (pied à perf, sac de secours, multiparamétriques…) et qui envoie une alerte sonore et visuelle sur les écrans de l’ambulance si le matériel est manquant.
  • Une traçabilité sur la vitesse, la mise en route des signaux lumineux et sonores, des accélérations, décélérations ou de freinages, sur l’heure de départ et d’arrivée sur intervention…. Toutes ces données peuvent être utilisées en cas de litiges avec un patient ou n’importe quel prescripteur.
  • Des alertes sur des vitesses importantes du véhicule, sur un dépassement de la zone d’action (utile lors d’un guet armé de plusieurs ambulances dans un secteur donné).
  • Des alertes sur l’entretien mécanique de l’ambulance (vidange, contrôle technique, pneu…)

Ces fonctionnalités sont utilisées par les ambulanciers sur des écrans tactiles, un dans la cabine avant et l’autre dans la cellule sanitaire. Bien évidemment, il existe encore d’autres modules avec d’autres fonctionnalités. Je vous laisse découvrir le système complet : https://www.acetech.com/

  • Une aide numérique qui propulse l’ambulancier dans une ère 2.0 avec plusieurs objectifs :
  • une modernisation de la profession
  • une complémentarité des moyens avec un travail connecté
  • un confort des prises en charges et du patient
  • une traçabilité et l’archivage des données
  • une aide au quotidien pour soulager les ambulanciers
55189ecaa17b8dd5cbfde8dbede05f26?s=96&d=mm&r=g Ambulancier : le site de référence La télémédecine, une plus-value pour notre profession ?

Nicolas Dejoie

Nicolas DEJOIE ambulancier diplômé d’état depuis 2001 (le CCA à cette époque) il obtient le PHTLS en 2011, la spécialisation en transport sanitaire pédiatrique en 2012. Depuis 2014, il évolue chez Assistance Ambulance Nantes.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La librairie de l'ambulancier

Parce que pour progresser, réviser il faut s’armer d’ouvrages de qualité. Parce que le savoir est une richesse. Nous vous proposons une sélection de livres à commander d’urgence !

L'ambulancier recrute

L’ambulancier, le site de la profession recherche des rédacteurs. A toi ambulancier, soignant, spécialiste du secours tu souhaites apporter ta pierre à l’édifice et apporter ton savoir, partager tes expériences. On te propose de rejoindre l’équipe.

Nous cherchons avant tout des passionnés avec des connaissances à partager, l’envie d’oeuvrer pour la profession. Alors si tu es motivé, c’est le moment de rejoindre une aventure humaine riche et incroyable…