L’arrêt cardio respiratoire et les paramedics canadiens

En France les manœuvres de réanimation concernant l’arrêt cardio respiratoire respecte un protocole strict établit par les sociétés savantes. Il suit donc des critères précis adaptés entre autres au type d’intervenant. Aujourd’hui on a décidé de vous faire voyager un peu et vous présenter le mode opératoire de nos collègues outre atlantique au Canada chez les Paramedics. A savoir que le but de cet article n’est pas de prôner un système de soins et de secours plus efficace ou non mais juste de vous présenter la manière de travailler.

Appel pour intervention

  • « CCS pour les équipes de XXX j’aurai besoin d’une équipe Rue Y transversale Rue Z pour un 9E01 P0 »
  • « 8300 en 10-30 »
  • « 10-4 8300 vous répondez au 10 Rue Z pour un 9E01 P0 Masculin 60 ans manoeuvres en cours avec le preneur d’appel, questionnaire covid négatif »

Cette situation fait partie du quotidien des Paramédics, un homme s’est effondré à son domicile et sa compagne est en train de réaliser les manœuvres de réanimation à l’aide du preneur d’appel du 911.Ces appels ont une priorité 0 (les appels ayant un haut risque d’ACR), la plus haute priorité qui existe sur l’échelle de 0 à 8. Une ambulance en dehors de son secteur, en repas ou même en fin de quart de travail pourrait avoir à réaliser cet appel.

Dans les interventions de priorité 0, la Sûreté du Québec est également envoyée sur les lieux, les policiers étant formés à la réanimation et disposant d’un défibrillateur dans leurs véhicules de patrouille.

Les policiers sont déjà sur les lieux lorsque l’ambulance arrive…

  • « 8300 10-17 avec les 10-35 »

L’équipage s’habille en conséquence avec les équipements de protection covid, allume le moniteur défibrillateur semi-automatique, prend le sac de support vital et l’oxygène ainsi que la trousse de médicaments, et c’est parti.Le patient est étendu dans le salon, sa conjointe est encore sous le choc, le policier n’a même pas encore eu le temps de poser ses électrodes, les Paramédics prennent son relais, libérant ainsi le policier pour pouvoir s’occuper de la femme.

Le TA 1 (momentanément en charge de l’intervention) réalise un LCAB : il bascule la tête du patient en arrière prudemment et se penche pour sentir l’air sortir de la bouche du patient, entendre le bruit d’une respiration ou voir le thorax se soulever. La prise de pouls est concomitante. Rien de tout cela n’est présent.

  • « Ok partner sors-moi : fastpatch, canule,  O2 succion »

Les gestes sont automatiques chez le TA 2, alors que son TA 1 débute les manœuvres de réanimation.

  • « Et 1, et 2, et 3, et 4, et 5…et 29, et 30 »

Le paramédic sort de son ceinturon un pocketmask jaune fluo qu’il ouvre et duquel il sort le masque, il applique ses 2 ventilations, mais déjà son TA 2 lui indique l’avancée de ses tâches.

  • « Fastpatch posés ! »
  • « Okay analyse ! »

Le TA 1 appui sur le bouton analyse du Zoll séries X.

  • « J’ai une asystolie au moniteur… »

Choc déconseillé

Le MDSA débute son métronome pour guider le paramédic dans ses compressions. Au Canada, nous mettons un point d’honneur à ne pas bâcler notre massage, qui est souvent bien trop rapide ou trop profond chez d’autres intervenants…

Le TA 2 mesure une canule oropharyngée.

  • « Insertion, palais dur, palais mou, 180° insérée tolérée »

L’oxygène est connecté au pocketmask du TA 1, qui évalue la possibilité d’intuber le patient. « Le patient mesure plus de 5 pieds 6, pas de réflexe de gag, pas d’anaphylaxie au latex, pas d’ingestion d’agent caustique, pas de trachéotomie fermée, pas d’OVR…sors-moi un 41 french, ballon-masque, collier, VPO et Capno »

Quelques termes techniques pour indiquer que la taille du combitube sera un 41 French, le ballon-masque est le fameux BAVU, qui doit systématiquement être accompagné d’un collier cervical, un VPO est un vérificateur de positionnement œsophagien, qui est utile pour savoir dans lequel des deux tubes du combitude insuffler l’air. Enfin la capno fait référence à la capnométrie qui mesure le taux de CO2 qui sors de l’organisme, et s’il y a du CO2, il y a du métabolisme, s’il y a du métabolisme c’est bon signe…

Le TA 2 teste les ballonnets du combitube, le TA 1 est toujours au massage.

  • « 100cc dans le proximal pilote testé, 15cc dans le distal, pilote testé »

 Le patient est intubé par le TA 2 après la 2ème analyse, dans le meilleur des cas, et une analyse survient tous les 5 cycles. Dès que le patient est intubé on abandonne le traditionnel 30:2 pour effectuer du 200 asynchrone, le paramedic masse 200 fois tandis que le second équipier insuffle au BAVU 1 fois toutes les 5 à 6 secondes (pour un adulte).

Le protocole de réa ici présenté n’a pas été agrémenté de médicaments mais nous délivrons bien sûr de l’épinephrine en cas de choc anaphylactique ayant mené à l’ACR ou du naloxone en cas d’intoxication aux opioïdes. Le Canada a fait le choix de reprendre le projet pilote des planches à masser pour la région de Québec uniquement, les distances étant trop importantes dans le reste de la province pour constituer une réelle plus-value.

Arrêt des manœuvres de réanimation

Au bout de 5 analyses + 200 autres compressions les paramédics évaluent la possibilité de faire un arrêt de manœuvres…

  • « Est-ce que le patient a reçu un choc par PI, PR ou policier-dea ?
  • Est-ce qu’il est en hypothermie ?
  • Est-ce qu’il est âgé de moins de 18 ans ?
  • A t-il eu un retour de pouls de plus de 30 secondes ?
  • Est-il en OVR ? (Obstruction des voies respiratoires)
  • Est-ce qu’il s’agit d’une grossesse ?
  • Y a-t-il eu une noyade de moins de 90min ?
  • Est-ce un événement témoigné par les paramédics ou premiers répondants ?
  • Le patient a t-il un DAVG ? (Dispositif d’assistance ventriculaire gauche)

Si la réponse est non à toutes ces questions, les Paramédics peuvent arrêter les manœuvres, expliquer le décès aux proches, retirer les appareils et dispositifs médicaux.

Dans le cas contraire l’équipe continue la réa et procède à l’évacuation sur plan dur, établissent un 10-10 (pré-alerte à l’établissement receveur) et se mettent en route en mode urgent.

Lexique (dans l’ordre d’apparition dans le texte)

  • CCS : Centre de communication santé
  • 9E01 : Arrêt cardiorespiratoire
  • P0 : Priorité d’appel (ici haut risque d’arrêt cardiorespiratoire)
  • 8300 : Identifiant du véhicule ambulancier
  • 10-30 : Déplacement avec sirène et gyrophares
  • 10-4 : Message compris
  • Sûreté du Québec : police provinciale qui gère la province du Québec
  • 10-17 : Arrivée sur les lieux
  • 10-35 : Service de police
  • TA 1 : technicien ambulancier en charge de l’intervention (cette fonction change à chaque appel ou chaque quart de travail selon l’organisation locale)
  • LCAB : « L’état de conscience, Circulation, Airways, Breathing » méthode d’examen primaire pour déceler une urgence vitale.
  • Fastpatch : électrodes de défibrillation
  • Pocketmask : masque souple utilisé pour administrer des ventilations
  • Zoll série X : Modèle de moniteur défibrillateur semi-automatique utilisé au Québec
  • Asystolie : absence d’activité électrique cardiaque
  • Réflexe de gag : réflexe de régurgitation ici recherché à cause de la stimulation produite par l’insertion du combitube dans l’arrière-gorge
  • OVR : Obstruction des voies respiratoires
  • BAVU : Ballon Autoremplisseur à Valve Unidirectionnelle
  • VPO : Vérificateur de positionnement oesophagien
  • Capno/capnométrie : mesure de taux de CO2
  • Proximal : fais référence au « ballonet » le plus proche du paramédic sur un combitube qui en possède deux
  • Distal : ballonet le plus éloigné du paramedic sur le combitube
  • Cycles : 1 cycle est composé de 30 compressions et 2 insufflations
  • Epinephrine : Dénomination commerciale internationale de l’adrénaline utilisé dans le cadre de chocs anaphylactique au Québec
  • Naloxone : médicament qui permet de déloger les opioïdes des récepteurs et ainsi arrêter leur effet sur le corps humain
  • Arrêt de manœuvres : cessation des manœuvres de réanimation et déclaration du décès
  • PI : premier intervenant (n’importe quel citoyen)
  • PR : premier répondant (personne avec une formation, appelée par le 911 pour se rendre sur l’intervention)
  • Policier-dea : policier ayant reçu une formation et intervenant avec un défibrillateur
  • Plan dur : planche rigide habituellement habituée en trauma pour effectuer des déplacements
955580f11f7262c2dc80bdf012c51fa1?s=96&d=mm&r=g Ambulancier : le site de référence L'arrêt cardio respiratoire et les paramedics canadiens

Alexandre Sarthe

Alexandre, 29 ans, ex ambulancier français maintenant étudiant paramedic en 3ème année au Québec. Je contribue régulièrement à informer les ambulanciers de France pour les encourager à sauter le pas, et à venir se former ici où le recrutement est constant et la pénurie de paramedics palpable

    Adsense

    La librairie de l'ambulancier

    Parce que pour progresser, réviser il faut s’armer d’ouvrages de qualité. Parce que le savoir est une richesse. Nous vous proposons une sélection de livres à commander d’urgence !

    L'ambulancier recrute

    L’ambulancier, le site de la profession recherche des rédacteurs. A toi ambulancier, soignant, spécialiste du secours tu souhaites apporter ta pierre à l’édifice et apporter ton savoir, partager tes expériences. On te propose de rejoindre l’équipe.

    Nous cherchons avant tout des passionnés avec des connaissances à partager, l’envie d’oeuvrer pour la profession. Alors si tu es motivé, c’est le moment de rejoindre une aventure humaine riche et incroyable…