Ambulancier : entre besoin d’évolution et de révolution

Un pti billet dans une période bien morose. L’ambulancier semble toujours autant choir plus bas chaque jour et à chaque nouvelle que je lis. Entre pandémie et désespoir d’une profession de l’ombre on ne peut guère dire que l’ambiance soit rose. Mais il faut continuer malgré tout à avancer et à progresser car avant le devenir d’un métier surgit un inconditionnel argument duquel on ne pourrait se détourner : le patient. Il est toujours et reste au cœur de cette profession. Encore plus aujourd’hui avec la propagation de ce virus qui nous bouffe lentement et nous rend la vie ben compliquée. Non je ne vous parlerais pas de vaccination car il me semble avoir abordé ce sujet pour aussitôt l’avoir regretté. Non pas sur le fait d’assumer ce choix mais bien au vu des critiques à ce sujet et de la non compréhension de beaucoup face à ce sujet.

L’ambulancier, une formation toujours aussi désolante

Parlerons-nous de la formation de l’ambulancier, qui est en pleine restructuration ? Pourquoi pas en évoquer la tristesse de ce sujet qui je dois dire ne m’a pas fait bien plus de joie au moral (on a dit Dejoie ? Mon Nico t’inquiètes tu vas y passer). Quand le gouvernement évoque un diplôme d’aide-soignant revu à la hausse avec une qualification qui serait amenée au niveau IV donc niveau BAC, nous devrons nous contenter d’une bien maigre revalorisation de nos acquis en se contentant de rester à notre niveau V. Pourtant l’évolution entre les deux formations ne creuse aucun fossé loin de là…  Quelques semaines de formations grattées ici et là, quelques semaines de stages et on sera reparti pour 10 années de plus à se languir de voir une réelle progression de formation. Je ne parlerais pas de l’affront fait aux ambulanciers SMUR qui vu la stagnation du diplôme, resteront cantonnés à l’éternelle fiche de poste de conducteur ambulancier catégorisé C. A croire que c’est pour les pousser à devenir AS pour bénéficier d’une évolution et favoriser la mutualisation des services . Il n’y aurait qu’un pas. Coucou l’AFASH et son combat permanent…

Non et non et non je ne veux pas et en aucun cas faire un lien vers une formation qui serait celle d’un paramedic.  Cet article d’ailleurs vous remettra les pieds un peu sur terre sauf bien entendu aux bouchés, aux rêveurs inconditionnels, ou encore aux déphasés qui oublient encore et toujours que nous sommes en France. Que le paramedic n’est pas un système transposable en France sur les ambulanciers. Non j’attendais de cette révision une plus profonde remise en question, une plus profonde révision des acquis et obligations de recyclage du savoir. Une révision du métier bien loin des aberrations actuelles. Quand on sait qu’on peut faire travailler une personne sans diplôme ni formation pendant 6 mois en entreprise de transport sanitaire j’appelle ça en effet une aberration. Et c’en est une parmi la très longue liste qu’on pourrait émettre.

Mais l’ambulancier devient progressivement plus qu’un simple transporteur même si la notion même de conducteur, de transporteur reste à demeure. Mais au-delà on attendait peut être une réelle transformation de la formation pour fabriquer des auxiliaires de soin, des techniciens pré hospitalier sans bien sûr tendre vers un glissement  de taches malvenu. Parce que des gens, des ambulanciers, je dirais une organisation avait réfléchi, étudié, mis sur le papier un référentiel, une réelle piste de travail pour changer les choses, les faire avancer. Mais comme d’habitude nous restons encore cantonné à ramasser les feuilles devant la porte avec une gentille petite tape sur la joue : « allez soyez mignon, on vous donne déjà un os à ronger, revenez dans dix ans » Allez pti coucou à la FNTAU et son livre blanc qui a dû servir à caler des portes de bureaux ans certains ministères, au lieu d’être lu, étudié et pourquoi pas s’en inspirer.

Bah de toute façon en face côté rouge on devrait voir émerger un diplôme de technicien du secours à un moment ou un autre et qui se fera un plaisir de transformer l’ambulancier en un pousse brancard. Bon ok c’est un peu déjà le cas on n’a pas besoin de plus. Mais avouez le coche semble bien être raté.

Je sais c’est mal vu de critiquer, de juger sans savoir, ni comprendre mais si je me voulais plus adouci je prendrais parti. Et ce site vous le savez affronte les vérités et les assume. On s’en fiche on n’est pas sponsorisé, on a rien à gagner. On râle c’est certain mais en même temps on nous le dit assez souvent : vous ne servez à rien, vous n’apportez rien. Merde en fait on a bossé comme des c… depuis 12 ans pour le plaisir de s’enorgueillir d’être un support pédagogique incontournable.  Ben oui on a mis des images d’ambulances partout… Ah mince ça ne suffit pas ? On m’a menti…

Je voudrais rendre hommage à un ambulancier

Pèle mêle je vous livre ma diatribe ici présente, mes états d’âmes du moment même si je me doute que mes écrits n’intéresseront que peu de gens présent.  Je voudrais rendre hommage à un putain d’ambulancier. 20 ans de boite, 20 ans de métier. 20 ans d’enrichissement (culturel et humain) et de dévouement. Un ambulancier comme peu peuvent se vanter d’avoir été, d’être et seront un jour. Je vous vexe ? Alors c’est que vous n’avez pas compris, ou n’êtes pas les trois quart de ce que ça représente. Je râle, je crie parce que j’ai mal. Mal de voir partir les meilleurs, les plus engagés, les plus déchaînés. Oui je sais je ne vois pas assez loin et je me doute bien vous le savez (moi aussi), qu’en France il y a bien plus de professionnels aguerris et investis qu’on ne le pense. Sauf que les trois quart passent plus de temps à bosser qu’à argumenter sur les réseaux sur des sujets d’une futilité bien dramatique. Je vous passerais les sujets les plus bidons de l’année 2021. Allez lire l’article de la place de l’auxiliaire tiens…

Il va me manquer ce con, il me fait chier, il me fait râler mais je ne peux que cautionner. Rester dans ce milieu fermé, si compliqué, si peu évolué, il en est des décisions qu’on ne peut renier. Il va manquer à beaucoup : de par son savoir, ses compétences, son investissement, ses partages, ses échanges et ses débats houleux mais souvent fondés. Tu nous quittes pour une vie différente, un nouvel épisode, à priori un départ agité et non dénué de regrets. Mais tu vas nous manquer, à moi, à Bastien, à Ben à JF, à beaucoup d’ambulanciers anonymes ou collègues du quotidien. Tu vas nous manquer Nico parce que tu as su rejoindre ce noyau solide de rédacteurs. On a mis le temps à se constituer. J’ai enfin réussi à fédérer des passionnés autour de moi pour une aventure non plus en solo mais bien en équipe. J’ai recruté Bastien, puis JF, puis toi et puis benji. Vous m’avez apporté beaucoup, ouvert les yeux, vous m’avez calmé, vous avez temporisé, vous avez débattu, animé, vous avez tous apporter une richesse incroyable à cet endroit : le site de l’ambulancier.

Alors oui Nico tu m’emmerdes et je sais mon langage fleuri a fini quelque part dans un caniveau de la rue. Je sors un langage châtié et osé pour te dire : fais chier. Mais vivre sans passion, sans énergie, avec lassitude et non plus envie n’est pas compatible avec cette profession chronophage et passionnante que le métier d‘ambulancier.

On va tous te regretter. Je regrette de ne pas avoir eu la chance de travailler à tes cotés. Peut-être aujourd’hui ma flamme serait plus vivace, au lieu de ça elle s’agace et tend à s’éteindre. La vie est faite de changements, de virages, et de carrefours. On a tous besoin à un moment donné de faire des choix pour soi, pour sa famille, pour son bien être, pour son futur. Bon, mauvais ? Nul ne le sait je préfère vivre avec des remords qu’avec des regrets.

Je vais citer ce con de Mark Twain qui a dit : « Dans 20 ans, tu seras plus déçu par les choses que tu n’auras pas faites que par celles que tu auras faites. Alors largue les amarres, sors du port et attrape les alizés dans tes voiles. Explore. Rêve. Découvre. »

Fonces mon pote, fonces et ne regrettes pas, tu as le droit de filer, de ne pas revenir comme de revenir. Mes portes te seront ouvertes, toujours. Jamais je ne je jugerai des choix que j’ai moi-même déjà fait. On va regretter un professionnel engagé, respectueux et vertueux. Un chevalier parmi le peuple qui aura armé son bras de pédagogie et de volonté pour faire changer les choses. Tu auras réussi en partie puisque tu n’auras peut être pas transformé un système mais tu auras au moins contribué à faire changer des esprits parmi tes nombreux collègues ambulanciers.

On se revoir à la rentrée les ambulanciers ?

Je ne sais pas encore si on va se revoir à la rentrée. La lassitude comme beaucoup de sujets torrides et désespérant, font que ma voile tombe. Mes collègues rédacteurs sont aussi bien occupés et je ne sais où la mer va nous mener. Ptite pensée à notre Ben qui s’est envolé pour le Canada vers un nouvel avenir paramedic (mais on compte sur lui pour nous faire partager son aventure). Mais il y a encore de la matière à découvrir, à faire lire, à faire jaillir. Et si vous avez une plume volontaire et bourrée d’envie de faire avancer sachez que nos portes sont ouvertes. On ne vous dit pas oui ni non. Il faudra comme beaucoup faire preuve d’engagement et de volonté. Mais même si je tire sur l’ambulance je sais qu’il y a de très très très nombreux professionnels engagés dans ce métier. Il faudrait juste qu’ils donnent de la voix pour continuer à guider la génération qui arrive.

N’en voulez pas à un ambulancier déchainé de faire pleuvoir autant de négativité. C’est juste une plume qui pleure le départ d’un de ses rédacteurs et s’entoure donc d’une certaine dose de frustration. Une plume qui pleure de l’encre au vu de l’actualité après tant d’années à espérer. Espérer une réelle évolution dans ce métier de con. Car à défaut, c’est bien la passion qui nous fait aimer ce métier d’ambulancier. Continuez non pas pour vous car ce job est fait pour servir et non se servir.

A Ciao bonsoir…

Franck

776eaead1ed5617b7cddcef8392060d3?s=96&d=mm&r=g Ambulancier : le site de référence Ambulancier : entre besoin d'évolution et de révolution

Franck SIMON

Ambulancier Diplômé, j'ai crée ce site en 2009. Je souhaitais mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour, et valoriser cette profession méconnue et mal aimée. Spécialiste du billet d'humeur acide j'aime bien taquiner mes collègues sur des sujets sensibles et enfoncer des portes

Adsense

La librairie de l'ambulancier

Parce que pour progresser, réviser il faut s’armer d’ouvrages de qualité. Parce que le savoir est une richesse. Nous vous proposons une sélection de livres à commander d’urgence !

L'ambulancier recrute

L’ambulancier, le site de la profession recherche des rédacteurs. A toi ambulancier, soignant, spécialiste du secours tu souhaites apporter ta pierre à l’édifice et apporter ton savoir, partager tes expériences. On te propose de rejoindre l’équipe.

Nous cherchons avant tout des passionnés avec des connaissances à partager, l’envie d’oeuvrer pour la profession. Alors si tu es motivé, c’est le moment de rejoindre une aventure humaine riche et incroyable…