Place de l’ambulancier diplômé, : A l’arrière de l’ambulance ou non ?

La place de l’ambulancier diplômé : Logique et bon sens dans l’ambulance

En lisant un énième post sur les réseaux sur la question du : « Le DEA doit il voyager avec le patient à l’arrière de la cellule » j’ai décidé d’en faire un article. Cette question est posée 100 fois par mois avec à chaque fois une avalanche de oui, de non de peut-être, de y’a pas un texte de loi, etc. On va essayer d’y voir plus clair. Je ne vais pas donner ici un avis formel et indiscutable. Je vais comme souvent apporter des éléments de réponse.

Chacun ensuite fera ce qu’il convient de faire selon son mode de travail, ses croyances, ses envies bref vous l’aurez compris : on informe on n’impose rien. Je ne vais pas non plus jouer les juristes en herbe car parfois la solution n’est pas inscrite dans le marbre. On va donc aborder le sujet à la mode Logique et Bon sens la nouvelle thématique pour des sujets à débats.

ATTENTION : cet article se veut une réflexion, pas une affirmation. L’affirmation est que la place de l’ambulancier diplômé telle qu’enseignée dans le cursus de formation auprès du patient et ce dans toute situation et en aucun cas nous ne remettons ne question ce propos. Mais entre réalité et textes législatifs derrière lesquels trop de personnes cherchent à se protéger il y a un monde. Notre but n’est pas d’aller contre les règles mais d’expliquer que les choses ne doivent pas toujours être figé. Nous allons ici promouvoir le travail d’équipe intelligent, du binôme complémentaire et compétent. Car non être responsable ne fait pas de vous un compétent. L’article se veut ouvert, un peu provocateur mais justement amenant au débat et à la réflexion. Par ce que le métier d’ambulancier reste un peu trop figé dans le temps et nécessiterait une réelle évolution pour s’adapter au quotidien d’aujourd’hui.

stretcher to the ambulance by mcoser Ambulancier : le site de référence Place de l’ambulancier diplômé, : A l’arrière de l’ambulance ou non ?

Texte de loi, ambulancier diplômé et cellule d’ambulance

A savoir qu’à ce jour il n’existe pas de texte de loi formel sur la place de l’ambulancier diplômé au sein de la cellule d’une ambulance dans le cas de figure où vous transportez un patient. Il est juste stipulé que le transport d’un patient à bord de l’ambulance doit se faire sous surveillance d’un ambulancier dans le référentiel de formation.  

Côté législateur, ce dernier a pensé a beaucoup de détails et de situation mais cette dernière n’apparait nulle part. Alors est ce qu’un texte peut appuyer cette pratique ? Non. Les juristes en herbe avanceront le contraire alors étudions le sujet rapidement sur les textes en vigueur :

Article R6312-10 et Article R6312-7 du Code de Santé publique : ils précise bien que le véhicule de type ambulance doit être armé de deux personnels, dont un doit être titulaire du diplômé d’état d’ambulancier.

Circulaire DHOS/01 N°2004-151 du 29 mars 2004 : c’était le seul document qui mentionnait la présence de l’ambulancier diplômé à l’arrière de l’ambulance. Texte abrogé par cette note : DSC/DHOS/2009/192 du 14 octobre 2009 qui enlève cette mention.

ambulance-voyager-patient-ambulancier-diplomé

Auxiliaire devant, Ambulancier diplômé derrière ?

Première chose : le transport en ambulance quel qu’il soit est placé sous la responsabilité de l’ambulancier diplômé. Le seul cas où cette obligation est transmise à un autre c’est dans le cadre d’un transport médicalisé. L’ensemble passe donc sous la responsabilité du médecin. En cas de binôme avec un auxiliaire, l’ambulancier diplômé devient le seul responsable. Dans ce type de configuration et en cas de soucis, de dégradation de l’état du patient l’ambulancier diplômé aura à charge de faire le nécessaire pour gérer cette situation. Comprenez par-là que l’équipe va gérer le problème mais que l’ambulancier diplômé reste responsable de l’évolution en cas d’erreurs : gestes non effectués, bilan etc.

Donc il est indispensable d’avoir un des deux équipiers qui voyagent avec le patient. Même l’auxiliaire ambulancier peut voyager à l’arrière et accompagner, surveiller le patient rien ne l’interdit. Raisonnons plutôt en termes d’expérience, de compétences, de maitrise. Si l’ambulancier diplômé travaille avec un auxiliaire ambulancier expérimenté rien ne pourrait s’opposer au fait qu’il surveille et accompagne le patient dans la cellule. Si l’auxiliaire est compétent il saura alerter, anticiper et gérer une situation de crise aussi bien que l’ambulancier diplômé. Mais bien entendu la responsabilité demeure sur l’ADE qui reste quoi qu’il en soit le responsable en cas de défaillance.

Et les voyages longues distances en ambulance

En cas de longue distance avec un patient comment faites-vous ? Votre auxiliaire va faire la route non-stop ? Il est bon ton de partager son temps de route pour éviter la fatigue. Echanger de conducteur c’est une logique pour assurer la sécurité de l’équipage et du patient.

 Bien entendu vous n’avez jamais fait de transport longue distance avec un patient instable c’est une logique. Un patient instable est souvent géré sous couverture du SAMU Centre 15 (escorte, hélismur etc). Donc le pourcentage de risque d’aggravation du patient au cours du trajet est limité.

De plus la communication entre équipier doit être optimale. Votre auxiliaire a un  doute sur un geste vous pouvez très bien lui dire quoi faire le temps de pouvoir vous arrêter après avoir activé la signalisation lumineuse et protégé l’ambulance contre tout risque d’accident et sur accident. Echanger les conducteurs c’est aussi éviter l’accumulation de fatigue et permettre d’avoir un personnel concentré sur la surveillance du patient.

« Dès les premiers signes de somnolence, les risques d’avoir un accident sont multipliés par 3 ou 4 »

(Professeur Damien Léger, président du Conseil scientifique de l’INSV)

Ambulance : Voyager à deux devant

Là je vais être clair : le fait de voyager à deux devant et le patient sur le brancard derrière est une aberration. Aberration dans le sens où encore une fois pour des questions de responsabilités l’ambulancier diplômé reste le seul responsable à bord en cas de soucis. S’il y a le moindre petit problème c’est lui qui sera en faute. Dans les faits et la vie réelle j’ai connu de très très rares cas de figure où les choses ne se sont pas passées comme ça mais à chaque fois pour des raisons précises, argumentées, voire justifiées.

Mais jamais au grand jamais le patient n’est resté seul ou sans surveillance minimale de ma part. J’ai assumé mes choix et ils étaient réfléchis (petit volume, patient connu avec accompagnant connu aussi, accompagnant médical ou paramédical, pathologie sans risques d’aggravation possible, arrêt régulier, surveillance accrue).

Par contre au moindre doute moindre problème et surtout dans 99,9% des cas j’ai toujours voyagé avec mon patient. Car ma responsabilité étant impliquée je ne pouvais m’y soustraire. Mais jamais je n’aurais laissé le patient seul. Jamais. C’est une hérésie même sur une courte distance. Après chacun voit midi à sa porte nous ne sommes pas là pour vous juger. En cas d’accident il est évident que votre totale responsabilité sera en jeu avec les condamnations liées..

Réfléchissez et soyez logique dans vos choix

En duo d’ambulanciers diplômé la question ne se pose pas. Vous pouvez l’un comme l’autre faire le choix de rester ou prendre le volant la responsabilité est partagée. Mais surtout ne restez pas obtus dans vos réflexions. Un très bon auxiliaire pourrait être bien meilleur qu’un ambulancier diplômé qui panique faute d’expérience. Car à choisir, en cas d’aggravation, il vaut mieux parfois qu’un auxiliaire plus expérimenté soit derrière qu’un ambulancier qui débute et panique totalement. C’est NORMAL et HUMAIN quand on DEBUTE et ça peut arriver A TOUT LE MONDE. Le donneurs de leçons passeront leur chemin une fois de plus.

Mais ça ne doit pas pour autant devenir une règle gravée dans le marbre. Comprenez par-là que tous les textes de lois ne couvrent pas toutes les situations. A vous de réfléchir, de décider en fonction de la situation, des lieux, de l’état du patient et de prendre la bonne décision. C’est une question de logique et de bon sens. Dans le métier d’ambulancier on le sait : tous : rien n’est figé : on s’adapte en permanence tant qu’on suit une logique imparable et surtout pour le bien être du patient. Bien entendu chaque décision doit permettre de réaliser le transport dans un contexte sécurisé !

Pour conclure : l’ambulancier diplômé reste décideur et responsable de ses choix

Donc pour ceux qui auront lu l’article jusqu’au bout et non pas en diagonale comprenez que nous ne remettons pas en cause la place de l’ambulancier diplômé dans l’ambulance mais que nous raisonnons de façon logique. Pour ainsi couper court aux idées foncièrement bloquées et répondre clairement et de façon basique à la question : non aucun texte ne précise que la place de l’ambulancier diplômé doit être à l’arrière de l’ambulance. La responsabilité exercée par ce dernier ainsi que le cursus de formation qui lui est enseigné désigne logiquement sa place auprès du patient. Dans les faits rien n’est figé car le but est la surveillance et la prise en charge du patient par l’équipe ambulancière. L’ambulancier diplômé conserve donc un libre arbitre. Ensuite il ne devra pas oublier qu’il reste le responsable en cas de problème et que sa décision doit être actée en fonction.

Nous le répéterons à nouveau :

L’affirmation est que la place de l’ambulancier diplômé est bien telle qu’enseignée dans le cursus de formation auprès du patient et ce dans toute situation et en aucun cas nous ne remettons ne question ce propos. Mais entre réalité et textes législatifs derrière lesquels trop de personnes cherchent à se protéger il y a un monde. Notre but n’est pas d’aller contre les règles mais d’expliquer que les choses ne doivent pas toujours être figé. Nous allons ici promouvoir le travail d’équipe intelligent, du binôme complémentaire et compétent. Car non être responsable ne fait pas de vous un compétent. L’équipage ambulancier se veut avant tout un travail d’équipe intelligent et équilibré pour le bien être du patient et l’optimisation de sa prise en charge

776eaead1ed5617b7cddcef8392060d3?s=96&d=mm&r=g Ambulancier : le site de référence Place de l’ambulancier diplômé, : A l’arrière de l’ambulance ou non ?

Franck SIMON

Ambulancier Diplômé, j'ai crée ce site en 2009. Je souhaitais mettre à la disposition de tous un outil d'information à but pédagogique pour centraliser le plus d'informations possibles sur le métier d'ambulancier et ce qui l'entoure. Passionné par mon job j'essaie d'apprendre à chacun à mieux connaitre la profession et en parallèle offrir à mes collègues un outil pour garder leurs acquis à jour, et valoriser cette profession méconnue et mal aimée. Spécialiste du billet d'humeur acide j'aime bien taquiner mes collègues sur des sujets sensibles et enfoncer des portes

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La librairie de l'ambulancier

Parce que pour progresser, réviser il faut s’armer d’ouvrages de qualité. Parce que le savoir est une richesse. Nous vous proposons une sélection de livres à commander d’urgence !

L'ambulancier recrute

L’ambulancier, le site de la profession recherche des rédacteurs. A toi ambulancier, soignant, spécialiste du secours tu souhaites apporter ta pierre à l’édifice et apporter ton savoir, partager tes expériences. On te propose de rejoindre l’équipe.

Nous cherchons avant tout des passionnés avec des connaissances à partager, l’envie d’oeuvrer pour la profession. Alors si tu es motivé, c’est le moment de rejoindre une aventure humaine riche et incroyable…